Sport et Hypermobilité nous est offert par Inge De Wandele de l'Hôpital Universitaire de Gand.

(Traduction libre : Fabrice)

Chez les patients présentant une hyper mobilité généralisée, il existe un risque accru de luxations, de douleurs chroniques et d’usure prématurée des ligaments. De plus, pour cette catégorie de patients, il existe souvent une fragilité accrue des tissus, ce qui peut facilement donner lieu à des contusions lors de la pratique de sport, et à d’éventuelles lésions de la peau et à une cicatrisation retardée.

Dans le cadre de ces affections, nous considérons qu’il est préférable que ces patients se limitent ou ne prennent pas part à des sports de contact ou des sports qui ont peuvent provoquer un grand impact sur les articulations (luxations), Les sports avec un haut risque de chutes sont également à éviter. Les exercices conjoints de renforcements musculaires et articulaires, les sports consistant en des mouvements cycliques sans grand pics de force sont bien conseillés (exemples: cyclisme et natation), sous réserve de quelques points d’attention. Les sports qui impliquent l’équilibre et dans lesquels le contrôle des mouvements joue un rôle essentiel, sont aussi souvent mieux supportés (poutre d’équilibre, tai chi, patin à roulette, etc.).

Dans le document ci-dessous, vous pourrez trouver des informations générales sur différentes disciplines sportives. Il convient toutefois de noter que les patients en question présentent communément de grandes variations. Le degré d’hyperlaxité, la présence d’instabilités (luxation articulaire ou non), et les articulations montrant précisément ces problèmes (articulations portantes, articulations axiales, colonne vertébrale) sont des facteurs qui jouent un rôle particulièrement important dans la possibilité à faire du sport. Il est important de remettre en question l’expérience du patient et le cas échéant, d’adapter les mouvements ou exercices (Plus petit parcours de déplacement, plus courte durée, plus faible intensité, etc.).

Ce suivi médical varie fortement d’un malade à l’autre puisqu’il consiste, principalement, dans la gestion des symptômes présentés par chacun.

° La kiné

!!! Ne pas oublier de parler de la pathologie lourde !!!

° Les orthèses et contentions souples

° Les médecines douces

° Le soutien psychologique

° Prendre un peu de repos
Consulter les fiches "AWIPH" et "PHARE" dans la Section Documents réservée aux Membres